Autonomie, prise de responsabilités et vie en collectivité sont les maîtres-mots de notre fonctionnement dans la vie sociale comme à l’internat.

En groupe

La vie en collectivité réclame une implication de tous et donc, à tour de rôle, les jeunes sont sollicités pour les tâches ménagères communes (vaisselle, réfectoire, salles d’activités,…) ou pour le rangement et le nettoyage de leurs chambres et salles de bains pour les internes.

Pour les jeunes en internat, des activités animées sont prévues de 17h à 19h (heure du repas), puis de 20h à l’heure du coucher (variable selon les tranches d’âge, au plus tard 22h). Le mercredi après-midi, les internes peuvent opter pour un retour à la maison ou rester à l’école.

Temps personnel

Vivre ensemble toute une semaine réclame d’avoir bien compris les règles du jeu, et de les respecter. Pour y parvenir, un cadre général est fixé et, chaque début d’année, enseignants et élèves décident, démocratiquement, des aménagements à préciser pour permettre le « bien-vivre » ensemble.

Des temps et des lieux sont réservés à l’apprentissage personnel ou à la réflexion individuelle tandis que d’autres sont privilégiés pour les actions en commun. Il est en effet important pour chaque jeune de pouvoir apprendre à travailler seul, tout en sachant que le groupe et la force qu’il procure ne sont jamais très loin.

 

Le numérique a une place bien définie dans l’organisation. Sur le plan de la progression des apprentissages, c’est un bon outil, un moyen d’aller plus vite, plus loin, d’explorer. Mais, comme pour tous les outils, à la condition d’apprendre à l’utiliser afin d’en tirer le meilleur parti. Durant la vie résidentielle, il permet de garder le contact avec sa famille et son réseau social, durant un temps prévu entre le repas du soir et le coucher.

Bien utiliser le numérique
Happiness of young Asian woman lying with blanket on bed in the morning. Winter day. Copy space. Vintage effect style pictures.

Proposer à des jeunes de vivre en internat nous donne des devoirs. Chacun doit pouvoir se retrouver un peu comme « à la maison », doit pouvoir disposer d’un espace à lui. Le temps de sommeil de chacun doit être respecté. Intimité et vie en collectivité doivent être conciliables, de même que moments de solitude et fous rires entre camarades de chambre.

La présence permanente de l’adulte durant la nuit assure le calme tout en garantissant à chacun l’aide en cas de besoin.